14 octobre 2016

Nordic Walking Plan-les-Ouates dans la Tribune de Genève du 28.09.2016

Le Nordic Walking un sport d'endurance pour tous

Avez-vous déjà croisé durant les froids mois d'hiver un de ces groupes de marcheurs avançant d'un bon pas, bâtons conquérants et lampe frontale allumée ? Cela m'est arrivé de nombreuses fois l'hiver dernier alors que la nuit était bien installée et que le thermomètre fleurtait avec le zéro. Tandis que je me hâtais vers la chaleur de mon logis, je me suis souvent demandé ce qui pouvait bien pousser ces fous de la marche sur les routes du canton et le pourquoi de ces bâtons sur un terrain somme toute facile puisque goudronné.

La belle saison retrouvée, je me suis glissée dans l'un de ces groupes le temps d'une soirée pour comprendre ce qui motive ces randonneurs à braver toutes les météos pour le plaisir de mettre un pied devant l'autre.

C'est aux Cherpines que je rejoins Susanne Magnin, monitrice de marche nordique – aussi appelé Nordic Walking -, et son groupe de marcheurs. Sur place après un échauffement d'une dizaine de minutes, elle m'introduit à l'utilisation des longs bâtons en fibre de carbone qui caractérisent cette activité sportive. Les bâtons reliés aux poignets par une dragonne sont lâchés par le marcheur entre chaque pas, ce qui permet de faire fonctionner également la musculature des mains et des bras. Ces quelques explications données, nous voilà partis sur les chemins du coteau de Bernex !

Un sport conseillé par les médecins

Un premier constat après quelques minutes : alors que tous semblent marcher tranquillement et bavardent joyeusement, je me retrouve en queue de groupe, me concentrant sur le maniement de ces grands bâtons, faisant de mon mieux pour bien coordonner mes mouvements et pour avancer au même rythme que le reste de la troupe. Car il faut dire que bien employés, les bâtons permettent de se propulser en avant, et donc de maintenir un rythme soutenu, ce qui fait de cette forme de marche un proche parent du jogging. « Toutefois, m'explique Susanne Magnin, une grande différence avec le jogging tient au fait que les bâtons permettent de soulager d'environ 30 % la pression articulaire exercée sur les hanches, les genoux et les chevilles tout en faisant fonctionner la plupart des muscles du tronc et des bras. Cela fait de la marche nordique un excellent sport d'endurance, très complet, que l'on peut pratiquer à tout âge et quelle que soit sa condition physique de départ. D'ailleurs, me dira-t-elle encore, beaucoup de personnes commencent le Nordic Walking, sur le conseil de leur médecin. »

Après quelques explications supplémentaires et un peu de pratique, le maniement des bâtons devient plus facile, et je rejoins bientôt le groupe de joyeux marcheurs avec qui je parcours les 8 kilomètres de notre marche en moins d'une heure et demi, pause boisson incluse. De retour aux Cherpines, un quart d'heure sera encore consacré à des étirements, pour éviter crampes et courbatures du lendemain.

Monitrice de marche nordique depuis une dizaine d'années, Susanne Magnin raconte avoir découvert ce sport en Suisse alémanique où il est largement pratiqué. Développé en Finlande, le Nordic Walking était à l'origine une technique permettant aux skieurs de fonds d'avoir un entraînement complet durant les mois d'été. Aujourd'hui, tout un chacun peut le pratiquer tout au long de l'année. Il ne nécessite pas de matériel onéreux, peut se pratiquer n'importe où, par tous les temps et à toutes les saisons. Des associations comme celle de Susanne Magnin permettent d'associer convivialité et activité sportive en pratiquant la marche en groupe, maintenant ainsi la motivation au plus mauvais de la saison. Et rien n'empêche après une marche hivernale d'aller manger avec le groupe une bonne fondue pour se réchauffer.

Anne Pastori

Tribune de Genève 28.09.2016

 

Posté par Nordicrunning à 16:52 - - Permalien [#]